J’aimais à l’extrême les bonnes lectures.

Thérèse d’Avila, Autobiographie.


Même le malheur est capable de s’inventer à lui-même de fastueux divertissements.


Milan Füst, Histoire d’une solitude.


Moi, apparemment, la solitude et l’imagination sont mes plus grandes passions.

Milan Füst, Histoire d’une solitude.


Il faisait chaud. Simone mit l’assiette sur un petit banc, s’installa devant moi et, sans quitter mes yeux, s’assit et trempa son derrière dans le lait. Je restai quelque temps immobile, le sang à la tête et tremblant, tandis qu’elle regardait ma verge tendre ma culotte. Je me couchai à ses pieds. Elle ne bougeait plus; pour la première fois, je vis sa ?chair rose et noire? baignant dans le lait blanc.

Georges Bataille, Histoire de l’oeil

En arrivant ici, j’ai toujours l’impression d’avoir été engloutie par un monstre. Je m’assieds, et mes cheveux, mes sourcils et le corsage de mon uniforme ne tardent pas à s’imprégner de la chaleur ambiante et à devenir moites. Je baigne dans une humidité plus douce que la transpiration, d’où s’élève une discrète odeur de crésol.

Yôko Ogawa, La piscine


Le jour où Inni Wintrop attenta à sa vie, l’action Philips cotait 149,60. À la clôture, la Banque d’Amsterdam terminait à 375 et l’Union Maritime était tombée à 141,50. Le souvenir est comme un chien qui se couche où il lui plaît.

Cees Nooteboom, Rituels


?Est-ce que vous faites quelquefois votre prière?? demanda-t-elle.
Elle vit le chapeau noir bouger entre les omoplates.
?Jamais?, dit-il.
Il y eut un coup de pistolet dans le bois, suivi presque immédiatement d’un second. Puis tout fut silence. La tête de la grand-mère pivota vers le bois. Elle entendit la rumeur du vent qui glissait dans les cimes des arbres, comme une longue aspiration voluptueuse.


Flannery O’Connor, Les braves gens ne courent pas les rues



Entre les Martres et Saint-Amand-le-Petit, il y a le bourg de Castelnau, sur la Grande Beune. C’est à Castelnau que je fus nommé, en 1961 : les diables sont nommés aussi je suppose, dans les Cercles du bas; et de galipette en galipette ils progressent vers le trou de l’entonnoir comme nous glissons vers la retraite. Je n’étais pas encore tombé tout à fait, c’était mon premier poste, j’avais vingt ans.

Pierre Michon, La Grande Beune



Je vais vous dire, moi, la première, qui je suis : je suis une femme fausse, qui peut être sincère quand elle veut et quand le partenaire en vaut la peine. Je n’ai pas eu de père, ce qu’on nomme : être venue des fleurs.

Panaït Istrati, Présentation des haïdoucs


Tout autour de l’île Vassilievsky, en une vaste mer, s’étendait le monde. Là-bas, il y avait eu la guerre, puis la révolution. Mais dans la chaufferie, chez Trophime Ivanitch, la chaudière faisait toujours le même grondement, le manomètre indiquait toujours neuf atmosphères. Seul le charbon avait changé.

Evgueni Zamiatine, L’inondation


... Ce que j’ai voulu, un train
l’emporte : chaque fenêtre éclaire
un autre passager en moi
que celui dont j’écarte au réveil

le visage de bois, les traverses, la mort.


Guy Goffette, La vie promise


Licht waarin ik me zie, in wie ik misschien verdwijn.

Leonard Nolens, Verklärte Nacht


Elle allait regarder ailleurs. Alors ils disparurent l'un pour l'autre dans
l'apparition. Ils eurent des yeux grands et craintifs, sombres et proches,
froids et dociles, actuels et très anciens, timides et cupides, étrangers et
familiers depuis toujours. Assurés et sauvages, implorants-impérieux, et
l'un sous la forme de l'autre.


Botho Strauss


I am silver and exact. I have no preconceptions.
Whatever I see I swallow immediately
Just as it is, unmisted by love or dislike.
I am not cruel, only truthful -
The eye of a little god, four-cornered.


Sylvia Plath, Mirror


Ce qui me plaisait le plus au Jardin Zoologique c’était la patinoire sous les arbres et le professeur de gymnastique noir, très droit, glissant en arrière, sur le ciment, en ellipses lentes sans bouger un seul muscle, entouré de jeunes filles en jupe courte et bottes blanches qui, s’il leur arrivait de parler, posséderaient sûrement des voix aussi enveloppées de gaze que celles qui dans les aéroports annoncent le départ des avions.

Antonio Lobo Antunes, Le cul de Judas


Estaba sentado en el escano de madera bajo las hojas amarillas del parque solitario, contemplando los cisnes polvorientos con las dos manos apoyadas en el pomo de plata del baston, y pensando en la muerte.

Gabriel Garcia Marquez, Doce cuentos peregrinos.



Mais il faut oser tout, puisque


Sappho, Poèmes et fragments.




                                                                           

                                                                            





                   collage C. Lamarche







Notre époque ne laisse pas le temps à un auteur de mûrir son oeuvre, écrivait Tennyson. Un siècle et demi plus tard, rien n’a changé. Je me considère donc comme une fleur tard venue qui sera tôt fanée, un coquelicot impropre aux bouquets au milieu d’épis qui prospèrent et servent à fabriquer le pain quotidien. Fleur d’un jour, fleur de toujours, je ne sais si cette citation existe ou si je viens de l’inventer. Quoi qu’il en soit, ma vanité y trouve son compte. Mon masochisme, non. L’ordre est donc bien vite rétabli : on m’oubliera. En attendant, j’aurais écrit, aimé, bondi de surprise en surprise, et surtout lu, lu sans fin. Ce qui n’est pas la plus mauvaise façon d’attendre que le néant vous fauche.     C. L.